/ /

Cette homme a voulu mettre le mot "NULL" sur sa plaque d’immatriculation et sa vie devient rapidement un enfer !


Joseph Tartaro n'a jamais voulu causer autant d'ennuis. Surtout pour lui-même.

Fin 2016, Tartaro a décidé d'obtenir une plaque d'immatriculation très spéciale avec l'inscription "NULL". Il a expliqué lors d'un récent exposé à la conférence Defcon hacker, "null" est aussi une chaîne de texte qui, dans de nombreux langages de programmation, signifie une valeur vide ou indéfinie. Pour beaucoup d'ordinateurs, nul signifie le vide.

Cependant, 12 049$ d'amendes de circulation lui ont été envoyées à tort. Il n'est toujours pas sûr de pouvoir renouveler son immatriculation cette année sans avoir à payer les pot cassés des autres. Et grâce à la boucle infernale dans laquelle il est pris, on le saura pas encore si les amendes cesseront un jour de venir.

Dans son exposé sur le Defcon, Tartaro a exposé son idée de départ : Une plaque avec le texte NULL lui permettrait de ne pas recevoir de contraventions - qu'une fois introduite dans la base de données des délinquants, la violation ne serait littéralement pas calculable. 

Cette première année en tant que conducteur avec la plaque NULL s'est déroulée sans incident. Mais lors de son renouvellement en 2017, le site de DMV n'accepte plus NULL comme option. "Ça a cassé le site web", dit Tartaro. Plus précisément, le site lui a dit que la plaque d'immatriculation et le numéro d'identification du véhicule qu'il avait entré, connu sous le nom de NIV, étaient invalides. 

Viennent ensuite les amandes. Des douzaines d'entre alles, déposés en vrac dans sa boîte aux lettres. Infractions de stationnement, infractions aux arrêts stationnaires, amendes de 37 $, 60 $, 74 $, 80 $, de Fresno à Rancho Cucamonga. "Je ne suis jamais allé à Fresno", dit Tartaro à propos de la ville de Californie.

Ce qui signifie qu'à chaque fois qu'un agent de la circulation a oublié d'inscrire le numéro de plaque d'immatriculation sur une citation, l'amende était automatiquement envoyée à Joseph Tartaro.

Les billets étaient pour des Hondas, des Toyota, des Mercedes. (Tartaro a une Infiniti.) À un moment donné, Tartaro dit qu'il a reçu deux billets écrits au Cyprus College à quelques heures d'intervalle pour deux véhicules différents. Il aurait dû échanger l'inscription pendant sa pause déjeuner. Pire encore, les citations reçues semblaient s'appliquer rétroactivement.

"J'ai des billets pour 2014, ajoute M. Tartaro. "Je n'avais pas la plaque à l'époque."

Tartaro s'est ensuite tourné vers le DMV qui, selon lui, a collaboré avec le Citation Processing Center pour annuler la majorité des billets qui lui avaient été remis par erreur. Cela a permis de ramener le montant dû à 6 262 $ en fin de semaine dernière, mais n'a pas réglé le problème de fond. D'autres billets ont continué d'affluer. La base de données l'avait toujours en ligne de mire.





VOUS AIMEREZ AUSSI